*

10 métiers dangereux

Scaphandrier

Chasseur de tornades

Démineur

Dresseur de crocodiles

Dompteur de fauves

Chasseur de serpents

Cordiste

Elagueur

Pilote d'avion citerne

Pilote de moto

Cordiste

bouton Play Évaluez vos habiletés
de cordiste
flèche pointant à gauche
flèche pointant à gauche
zoom avant
album

Métier :

Cordiste


Un métier au bout d’une corde…

Le cordiste – aussi appelé homme-araignée ou technicien en appui sur cordes au Québec ou encore, cordiste-nacelliste ou alpiniste du bâtiment en France – est un travailleur qualifié spécialiste des hauteurs. Comme l’alpiniste, il utilise des cordes pour se déplacer et effectuer des tâches à des endroits difficiles d’accès, comme les toits, les falaises, les dessous de ponts, les éoliennes, ou toute autre structure en hauteur. Certains sites de travail peuvent même se trouver au sommet des montagnes à plusieurs milliers de mètres d’altitude!


La fusion des compétences

Le métier de cordiste exige un mélange d’aptitudes d’escalades et de compétences manuelles dans un secteur de la construction. Les cordistes peuvent travailler en milieu urbain pour la réparation, le nettoyage ou l’entretien de structures en hauteur. Ils peuvent aussi être appelés à travailler en montagne pour l’aménagement de refuges ou de sites skiables, la pose de paravalanches, la construction de passerelles ou la sécurisation de lieux touristiques, par exemple.


Appréhender le risque

Les risques que courent les cordistes sont nombreux et omniprésents. En tout temps, le plus grand danger est bien entendu la chute et pour l’éviter, il est indispensable de suivre tous les protocoles de sécurité reliés aux cordages et au bon entretien du matériel. Les blessures aux mains et au visage sont fréquentes en raison des outils et matériaux manipulés par les travailleurs. Les positions difficiles à soutenir peuvent entraîner des lombalgies d’effort et créer des inconforts qui augmentent le risque d’accident. Finalement, le travail à l’extérieur dans des environnements parfois hostiles, en proie aux conditions climatiques, s’ajoute aux difficultés du métier.


Concentration, endurance et dextérité

Pour pratiquer le métier de cordiste, il va sans dire qu’une excellente condition physique est de mise. Effectuer un travail suspendu à des cordes pendant de longues heures dans des positions parfois inconfortables est déjà un défi en soi! De plus, comme le travail s’effectue le plus souvent à l’extérieur, les conditions climatiques peuvent alourdir la tâche. Aussi, les outils et le matériel à manipuler peuvent être lourds ou dangereux, un facteur de risque supplémentaire qui exige beaucoup de concentration.

Galerie de photos

bouton play

Métier : cordiste

Accrochez-vous bien et accompagnez des travailleurs qui n’ont pas froid aux yeux.

En vrac


Des risques calculés

Les accidents chez les cordistes sont relativement rares, mais quand ils surviennent, le risque de mortalité est élevé. Il va sans dire que toutes les précautions sont prises au sérieux par les travailleurs suspendus et que rien n’est laissé au hasard, d’où la rareté des accidents. Mais lorsqu’une chute arrive, l’altitude élevée laisse peu de chance. En 2014, 160 décès liés à des chutes de hauteur ont été recensés dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en France.


L’origine du métier

Avant que le métier de cordiste soit véritablement reconnu dans les années 80, on employait des alpinistes pour effectuer des travaux d’entretien en raison de leurs compétences en matière d’escalade. La première entreprise à offrir des services de cordistes spécialisés en bâtiments a été créée à Monaco en 1985 par l’alpiniste et spécialiste en bâtiment et travaux publics Steve Poliakovic. Cette entreprise, baptisée EMTA, (Entreprise Monégasque de Travaux Acrobatiques), a connu un vif succès et existe encore aujourd’hui.


Les perspectives d’emploi au Québec

Au Québec, on compte seulement trois entreprises spécialisées en travaux sur cordes, dont l’entreprise Vertika, pour un total d’environ 20 cordistes. Si les emplois sont à ce point restreints, c’est en grande partie en raison de l’absence de centres de formation au Canada. Aussi, le travail de cordistes est peu connu des entrepreneurs québécois, contrairement aux travailleurs européens qui jouissent d’une meilleure reconnaissance. Ainsi, la formation au Québec est exclusivement dispensée par les entreprises.


Pendant ce temps en Europe…

Le métier de cordiste est en constante croissance en Europe et des centres de formation permettent aux mordus des hauteurs d’étudier différentes spécialités. Les secteurs de travail des cordistes s’étendent maintenant jusqu’aux domaines du spectacle, de l’événementiel, des musées ou des monuments historiques.

bouton play Un métier à part Apprenez-en plus sur ce métier où avoir le vertige n’est pas une option. bouton play
bouton play Risques et équipement Découvrez les risques auxquels font face les hommes-araignées. bouton play

Ressources et formation

flèche pointant vers la droite


Québec sur cordes

Regroupement d’ouvriers qui ont en commun le travail en appui sur un système de cordes

flèche pointant vers la droite


Canadian Rope Access Specialists

La Canadian Rope Access Specialists Inc. (CRAS) est une compagnie membre de l’IRATA. Il est possible d'y suivre une formation pour devenir travailleur en appui sur cordes (en obtenant une certification IRATA et SPRAT).

Politiques et avis | Équipe | ©GROUPE PVP 2015