*

10 métiers dangereux

Scaphandrier

Chasseur de tornades

Démineur

Dresseur de crocodiles

Dompteur de fauves

Chasseur de serpents

Cordiste

Elagueur

Pilote d'avion citerne

Pilote de moto

Dompteur de fauves

bouton Play Évaluez vos habiletés
de dompteur de fauves
flèche pointant à gauche
flèche pointant à gauche
zoom avant
album

Métier :

Dompteur de fauves

Un métier à la fois
glorieux et modeste

Le métier de dompteur de fauves est très risqué et consiste en grande partie à affronter, chaque jour, l’imprévisibilité d’un animal sauvage. L’autre aspect du métier, beaucoup moins attrayant, consiste à effectuer un nombre important de tâches comme le nettoyage des cages et les soins quotidiens apportés aux animaux.


L’ABC du métier

Un peu comme avec les chats et les chiens domestiques, le dressage des lions commence quand ils sont bébés, alors qu’ils ont entre 6 et 8 mois. Par ailleurs, les dompteurs se tournent uniquement vers des bêtes qui sont nées en captivité. Ils prennent le temps d’établir une connexion avec les animaux, en leur démontrant de l’affection et en respectant leur zone de sécurité. La zone de sécurité de chaque bête représente, en quelque sorte, un espace dans lequel il est à l’aise en présence du dresseur. Cet espace est variable d’un fauve à l’autre. Le dompteur doit se montrer très sensible et réceptif lors du dressage. Bien connaître son animal est donc d’une importance capitale.


Des espaces limités…

Dans la nature, le lion profite de grands espaces en harmonie avec ses besoins physiologiques. Dans les lieux restreints que constituent les cirques, ils sont contraints à la promiscuité et doivent se contenter de cages ou d’espaces limités à la longueur de leur chaîne… Cette réalité engendre beaucoup de stress chez l’animal, ce qui peut provoquer de graves problèmes de comportement. De là découlent l’agressivité et les multiples risques d’attaques.

L’humeur du lion,
un facteur à considérer!

L’humeur des félins est très changeante. Par exemple, la période de chaleur des femelles les rend tous plus agressifs. De plus, la moindre variation de leur environnement peut avoir un impact, que ce soit sur le plan du climat, du type de sol, ou lorsque l’odeur d’autres animaux se rend à leurs narines. En somme, les dompteurs ne doivent rien négliger pour se mettre hors de danger!

L’importance
de la douceur et du respect…

Les grands dompteurs de lions ont tous compris que la principale qualité d’un bon dresseur réside dans la capacité à garder le contrôle, dans la douceur et la patience, sans brutalité! Pour arriver à se coucher au milieu de trois ou quatre lionnes sans soucis, la complicité, le respect et l’amour mutuel doivent régner!


Évoluer dans un cirque

Costumes flamboyants, projecteurs aveuglants, bruit ambiant et foule agitée : il s’agit des facteurs avec lesquels les lions, tigres et autres grands félins qui font partie d’un cirque doivent composer. L’adaptation à ces conditions particulières peut s’étirer sur quelques années. Rien de plus normal, puisque ces fauves ne seraient pas confrontés à ce genre de choses s’ils évoluaient dans la nature. D’autre part, le dompteur doit s’assurer de la sécurité du public. Pour ce faire, il doit développer une excellente capacité d’analyse lors de situations anormales afin de réagir rapidement pour maîtriser les animaux.

Galerie de photos

bouton play

Métier : dresseur de fauves

Expérimentez le côté spectaculaire de ce métier

En vrac


Le roi des animaux

Le lion est l’un des représentants les plus puissants de la famille des félins. Il peut atteindre un poids de 250 kg! Son terrible rugissement peut retentir sur une distance de près de 9 km; le mâle rugit surtout à la tombée de la nuit afin d’avertir ses rivaux qu’une intrusion sur son territoire sera férocement punie…


Les débuts du dressage

On considère l'Américain Isaac A. Van Amburgh (1811-1865) comme le pionnier du dressage de grands félins. Celui qui nettoyait à l'origine les cages de l'Institut zoologique de New York – qui était en fait une ménagerie ambulante – a rapidement découvert qu'il pouvait arriver à se faire obéir des fauves. Petit à petit, il a développé des numéros, comme mettre son bras, puis sa tête dans la gueule de lions ou de tigres. Obtenant de plus en plus de notoriété, il a créé son propre cirque itinérant. Bien que son succès n’en ait jamais souffert, il était reconnu pour être très cruel avec ses bêtes, n’hésitant pas à les battre à coup de barre de métal et à les affamer…


Quand la bête se fâche…

Les risques les plus fréquents auxquels font face les dompteurs de fauves sont les morsures et les griffures. Comme ce sont des animaux imposants, un simple coup de patte peut engendrer une plaie qui nécessite 20 points de suture ou même s’avérer fatal. Le dompteur doit faire preuve d’une vigilance constante et d’une grande concentration.


Le cauchemar dans l’arène

Tous les dompteurs de lions ont des cicatrices, mais certains accidents sont plus dramatiques. Lorsqu’une attaque se produit en plein spectacle, nous pouvons imaginer l’ambiance horrifiante que cela provoque… Le plus récent événement du genre remonte à février 2015, alors que Faten El-Helw, une dompteuse de lions égyptienne, a vu l’une de ses bêtes se ruer sur elle devant l’assistance terrorisée. Heureusement, elle s’en est sortie sans trop de blessures, contrairement à son mari qui a été tué par un lion en 2004.


Un dompteur talentueux

Frédéric Edelstein, natif de Lyon, est considéré comme l’un des meilleurs dompteurs de sa génération. Il s’intéresse très vite à ce métier, son père étant propriétaire du Cirque Pinder. Le numéro qu’il est le seul à exécuter et qui l’a rendu célèbre consiste à se coucher sous plusieurs de ses lions blancs. Depuis ses débuts sous le chapiteau, Frédéric Edelstein a présenté ce numéro exceptionnel plus de 10 000 fois, décrochant ainsi un record mondial.

bouton play Une relation unique Faites la connaissance d’un dresseur élevé parmi les fauves bouton play
bouton play Dompter la puissance Découvrez ce qui fait des fauves de si redoutables bêtes bouton play

Ressources et formation

Il n’existe pas de centres de formation spécifiques pour ce métier. Ceux qui le pratiquent ont souvent débuté en tant qu’assistants d’un dresseur professionnel ou encore ont suivi les traces d’un parent.

Politiques et avis | Équipe | ©GROUPE PVP 2015