*

10 métiers dangereux

Scaphandrier

Chasseur de tornades

Démineur

Dresseur de crocodiles

Dompteur de fauves

Chasseur de serpents

Cordiste

Elagueur

Pilote d'avion citerne

Pilote de moto

Élagueur

bouton Play Évaluez vos habiletés
d'élagueur
flèche pointant à gauche
flèche pointant à gauche
zoom avant
album

Métier :

Élagueur


Une longue liste de qualités

Quiconque souhaite devenir élagueur doit savoir que la liste des prérequis est longue et exhaustive. Une bonne force, de l’endurance physique, une excellente acuité visuelle, de la dextérité, de l’agilité, de l’équilibre, de la vigilance, ainsi qu’un souci constant pour la sécurité et la prudence sont des aptitudes indispensables pour exercer ce métier. En outre, il faut être un bon grimpeur, savoir opérer des outils tranchants et mécanisés, être capable de garder son calme sous pression et de travailler peu importe les conditions météo. Chose certaine, il faut d’abord et avant tout aimer les arbres, les hauteurs... et ne pas avoir le vertige!


Exit la monotonie!

Les tâches qu’ont à exécuter les élagueurs sont multiples et complexes. Outre l’élagage (l’élimination des branches nuisibles, faibles ou dangereuses), ils procèdent aussi à l’abattage d’arbres morts ou malades (un abattage en sections réalisé à l’aide de câbles), à l’haubanage (technique visant à attacher des branches faibles afin d’éviter qu’elles ne se brisent ou ne déforment le port de l’arbre), au déchiquetage (transformation des branches coupées en copeaux pour paillis ou compost à l’aide d’une déchiqueteuse), et à l’essouchage (retrait de la souche de l’arbre restée en place après l’abattage à l’aide d’une essoucheuse, faisant ainsi disparaître les racines restantes).


Du matériel incontournable

Les outils et le matériel jouent un rôle crucial dans le travail des élagueurs. L’ascension des arbres demande des échelles, des « câbles de vie », des mousquetons, des harnais et des éperons. Des scies sur perche télescopique, scies à main, scies à chaîne, scies miniatures, sécateurs et câbles à palanter (pour attacher les branches) sont utilisés pour la coupe. Enfin, les élagueurs manipulent une déchiqueteuse et une essoucheuse pour poursuivre le travail post-abattage.

Galerie de photos

bouton play

Métier : élagueur

Oubliez votre peur des hauteurs et grimpez aux côtés d’élagueurs intrépides.

En vrac


Comme une épée de Damoclès

Le métier d’élagueur exige de travailler en hauteur, près des lignes électriques tout en maniant des outils dangereux. Les principaux risques liés à cette profession sont les coupures dues aux scies mécaniques, les chutes, la possibilité d’être écrasé par un arbre ou une branche, la surdité causée par le vacarme des tronçonneuses, sans oublier l’électrocution. Un élagueur doit également être en mesure de reconnaître d’autres situations pouvant représenter des risques pour sa santé, notamment la présence de plantes vénéneuses ou d’insectes piqueurs, le travail au froid, à la chaleur et sous la pluie...


Un métier hautement dangereux

Selon le Center for Disease Control and Prevention aux États-Unis, 1 285 élagueurs américains ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions entre 1992 et 2007, soit 80 travailleurs par année. Chutes mortelles, électrocutions, contacts avec des outils ou de l’équipement en marche ou le fait d’être heurté par un arbre abattu sont les principales causes de ces décès. Dans 60 % des cas, les victimes travaillaient en équipe, mais leurs collègues n’avaient pas de contact visuel avec elles au moment de l’accident. Par ailleurs, les élagueurs concernés n’avaient suivi qu’une courte formation de sécurité sur le chantier dans 70 % des cas.


Haute sécurité

Pour éviter d’être victime des dangers inhérents à la profession, des mesures de sécurité et des recommandations ont été mises en place au Québec, notamment par la CSST (aujourd’hui appelée CNESST pour Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail). Ce protocole consiste à utiliser des harnais de sécurité en tout temps, à porter un casque protecteur, des chaussures de sécurité dotées de semelles antidérapantes, des pantalons anti-coupures, à ne pas travailler dans les arbres lorsqu’il y a présence de pluie, de vents importants ou de verglas, à éviter de se tenir sur des branches mortes et à utiliser du matériel non conducteur pour éviter d’être électrocuté lorsque l’on doit travailler près de lignes électriques.

bouton play Des avantages et des inconvénients Découvrez les plus et les moins d’un métier unique en son genre. bouton play
bouton play Entrevue David Jaramillo David, élagueur d'expérience, nous parle de son évolution dans le métier. bouton play

Ressources et formation

flèche pointant vers la droite


Centre de formation professionnelle Fierbourg

Fierbourg est un centre de formation professionnelle situé dans l’arrondissement de Charlesbourg, à Québec. On y offre 18 programmes d’études menant à l’obtention de DEP et d’ASP, dont un DEP en arboriculture-élagage.

flèche pointant vers la droite


École forestière de La Tuque

Cet établissement est situé en pleine forêt mixte et offre une formation dans plusieurs domaines liés à la foresterie et aux arbres.

flèche pointant vers la droite


Centre de formation horticole de Laval

Ce centre, situé à Laval, propose un programme d’arboriculture-élagage.

flèche pointant vers la droite


Centre de formation professionnelle des Moissons

Situé à Beauharnois, ce centre offre des formations dans le milieu horticole, notamment en arboriculture-élagage

Politiques et avis | Équipe | ©GROUPE PVP 2015